Pour ceux comme moi qui ne le savait pas, le Canal de la Poissine a un intĂ©rĂȘt historique, puisqu’il aurait Ă©tĂ© creusĂ© sous l’occupation bernoise pour alimenter un Ă©levage de truites🐟. Bien des annĂ©es plus tard, ce sont les castors qui profitent de ce petit coin de paradis !
Sauf que
. suite Ă  la construction d’un barrage de castor l’eau a dĂ©bordĂ© des deux cĂŽtĂ©s du canal inondant champs et rives. La rive gauche faisait souci car l’eau 🏞 coulait avec une telle force qu’elle ravinait complĂ©tement la berge de l’Ă©tang dans lequel elle se jetait. La terre reculait presque Ă  vue d’Ɠil et nous n’Ă©tions pas loin d’une connexion directe canal-Ă©tang ce qui aurait signifiĂ© la fin du canal.
Plusieurs essais ont été faits avec de petits moyens pour stabiliser la berge mais sans résultats positifs.

Et c'est lĂ  que Cand-Landi et son Ă©quipe du Terrassement entre en jeu!

Le garde forestier qui avait Ă  cƓur de rĂ©gler ce problĂšme nous a mandatĂ© afin de planter des pieux d’épicĂ©a de 2.50m de long et de 20cm de diamĂštre tout le long de la partie de berge de l’Ă©tang ravinĂ©e par l’Ă©rosion. Deux rangĂ©es de gros blocs de pierre calcaire devaient venir s’appuyer contre cette rangĂ©e de pilotis. Du cĂŽtĂ© canal il a Ă©tĂ© envisagĂ© de faire deux perrĂ©s afin de casser la violence du courant du dĂ©bordement. Enfin, pour finir l’amĂ©nagement une Ă©paisse couche de boulets de pierre devait recouvrir la terre forçant l’eau Ă  couler calmement dans cette caillasse.
La vue montre : 1) le grand perrĂ©, 2) le petit perrĂ© avec en 4 le passage d’accĂšs des castors, 3) lignĂ©e de blocs de renfort et finalement en 5 le pilote du drone et le photographe.

C’est avec un grand plaisir que l’équipe de Cand-Landi a relevĂ© le dĂ©fi đŸ’ȘđŸ» afin d’offrir aux castors de l’Arnon un terrain de jeu et de vie plus sĂ©cure 🌅.

Nous remercions Monsieur Benno Strimer de l’Association Beaverwatch pour les informations et les photos, mais Ă©galement Pierre-Alain Marro pour les photos prises avec le drone.

A lire Ă©galement